La vieille ville de Phuket, alternative à la culture de la plage

La vieille ville de Phuket, alternative à la culture de la plage

La vieille ville de Phuket alternative à la culture de la plage

Phuket, île thaïlandaise de villégiature, est réputée pour son sable et ses vagues, mais bon nombre de ses charmes se trouvent dans la vieille ville, un quartier bondé de magasins au cœur de la ville principale qui a subi une gentrification radicale au cours de la dernière décennie.

PHUKET, Thaïlande — Lorsque le gouvernement thaïlandais décida de faire de Phuket son premier site test pour la réouverture du pays au tourisme international le 1er juillet 2021, c’était en grande partie à cause de la réputation bien établie de l’île en tant que station balnéaire de classe mondiale.

Phuket n’a cessé de gagner en popularité parmi les voyageurs internationaux depuis que le film de James Bond de 1974 « L’homme au pistolet d’or » utilisa les îles de la baie voisine de Phang Nga comme toile de fond exotique pour le duel sur la plage du maléfique Francisco Scaramanga avec 007.
Attiré par la région et ses plages autrefois vierges ainsi que par les eaux vert émeraude de la mer d’Andaman, 14,5 millions de touristes (dont 10 millions d’étrangers) s’y rendirent en 2019.

Parallèlement à l’afflux de touristes, il y a eu une prolifération d’hôtels, de condominiums, de restaurants, d’opérateurs de plongée sous-marine, de bars et d’autres attractions de la vie nocturne, principalement concentrés à Patong, (10 km à l’ouest de la ville de Phuket) qui possède la plage de sable blanc la plus longue et la plus attractive de la région. Mais il y a bien plus à Phuket que du sable et du surf.

Alors que les habitants et les expatriés de longue date ont tendance à déplorer la perte du « vieux Phuket » au profit du tourisme de masse, l’île a conservé une partie de son passé, notamment la vieille ville. Un quartier bondé de magasins au cœur de la ville principale qui a subi une gentrification indéniable au cours de la dernière décennie.

Avant que le tourisme ne devienne le moteur de la croissance de l’île, il y avait l’exploitation de l’étain, ainsi qu’une importante communauté chinoise. Les archives montrent qu’il y avait environ 50 000 Chinois sur l’île en 1890, contre moins de 2 000 Thaïlandais et Malais.
« Le site de la ville actuelle est entièrement constitué de terres d’étain », a déclaré Charles Kunnerseley, un responsable du gouvernement britannique qui a visité Phuket en 1903 et est cité dans « A History of Phuket and the Surrounding Region » de Colin Robert Mackay, un historien basé à Phuket. .

Comme Singapour, l’île de Penang en Malaisie et certaines parties de Medan, au nord de Sumatra, Phuket attira des milliers de migrants chinois du sud de la Chine au XIXe et au début du XXe siècle.
À Phuket, les immigrants étaient principalement des hommes de la province du Fujian dont la plupart épousaient des femmes locales parce que la loi chinoise limitait l’émigration des femmes chinoises.
Comme à Penang et à Singapour, les descendants de ces mariages mixtes sont décrits comme peranakan – un mot malais qui se traduit par « né localement mais non autochtone » et peut également suggérer « enfants de sang mêlé ».

L’architecture peranakan a été largement classée comme « sino-portugaise », reflétant l’influence combinée de l’immigration chinoise et de la colonisation portugaise au XVIe siècle, mais pourrait plus précisément être décrite comme « sino-coloniale » ou même « britannique-coloniale ».
La vieille ville de Phuket est principalement composée de boutiques, où les Chinois d’outre-mer tenaient leurs magasins au rez-de-chaussée et vivaient avec leurs familles à l’étage ou à l’arrière – un style d’architecture commerciale et domestique mixte emprunté aux colonies britanniques de Singapour et de Penang. « Tout s’est développé ici à partir de Penang, qui n’était qu’à deux jours de bateau« , explique Mackay.

Un monument important de la migration chinoise est l’hôtel On On, construit en 1927 par Pak Yok Tiew, qui débuta comme gamin des rues dans le Fujian, d’où il s’était enfui après avoir volé un poulet sur un autel funéraire familial, selon l’historien de Phuket Pranee Sakulpipatana.
Pourchassé par une foule en colère, Pak sauta dans une jonque chinoise dont le capitaine au grand cœur l’emmena à Singapour en 1898.

Une autre jonque emmena Pak à Phuket en 1901, alors une ville minière d’étain agitée, où il acheta une charrette et vendit du bric-à-brac sur Thalang Street, la principale rue commerçante de Phuket, avant d’épouser la pupille d’une riche veuve.
Lui et sa riche épouse créèrent la Ban Jin Thai Company – une mercerie sur la rue Thalang qui vendait du matériel et des fournitures aux mineurs d’étain et des biens de consommation à leurs familles. « Pak Yok Tiew fut assez intelligent pour comprendre que les marchands qui venaient lui vendre des fournitures ne pouvaient pas trouver un endroit décent pour séjourner en ville, alors il envisagea d’ ouvrir un hôtel.

Bien que l’On On ait été le premier hôtel de la ville de Phuket, et autrefois le meilleur, il fut jugé vétuste lorsque le tourisme de masse prit son envol au début des années 1980. En 2000, il servit de toile de fond minable pour les scènes d’ouverture de « The Beach », dans lesquelles Leonardo DiCaprio incarne un routard à la recherche d’une île pour échapper à la civilisation.

« The On On » survécut comme repaire de routards jusqu’en 2010, lorsque le propriétaire actuel Anurak Tansiriroj (un petit-fils de Pak) le loua au Treasury Village Group, une société hôtelière du sud de la Thaïlande, pour une durée de 30 ans à condition que le groupe paie pour sa rénovation tout en maintenant sa structure et son caractère d’origine.

Depuis sa réouverture en 2013, le bâtiment rénové, rebaptisé « The Memory at On On Hotel », a plu aux touristes européens, aux Chinois de Malaisie et de Singapour et aux Thaï-chinois de Bangkok.

Les fermetures liées à la pandémie et les mesures de distanciation sociale ont dévasté le tourisme, mais l’île a échappé au pire des dommages économiques de la pandémie grâce à des réactions rapides, y compris un programme de vaccination. À la mi-octobre 2021, quelque 82 % des 443 000 habitants de l’île de Phuket avaient reçu une dose de vaccin COVID-19 et 71 % avaient reçu une double dose.

Malgré l’absence de touristes internationaux pendant de longues périodes, les deux dernières années ont été raisonnablement gratifiantes pour On On grâce à la demande des touristes nationaux avides des attractions de la vieille ville. « Nous n’avons fermé que 15 jours« , explique Adipak Kasetrungrueng, directeur marketing de l’hôtel. « Je pense que de nombreux Thaïlandais sont venus séjourner à On On pendant le COVID parce que la ville est plus animée que la plage, avec de nombreux endroits où se restaurer« , ajoute-t-il. L’hôtel est presque complet depuis la réouverture de l’île aux touristes nationaux le 15 octobre.

À quelques boutiques de l’On On se trouvent la Woo Gallery and Boutique Hotel, la maison familiale rénovée/la boutique de la famille Wuthichan, descendants de troisième génération de Moh Seng, un migrant du Fujian. La boutique mesure 106 mètres de long et s’étend de Phang Nga Road (l’entrée de l’hôtel) à Thalang Road (l’entrée du musée). Le musée comprend des objets de famille, certains originaires de Chine mais beaucoup d’Europe via Penang.

« Mon mari, moi-même et mon fils aimerions préserver notre maison familiale », déclare Nawaporn Wuthichan, l’épouse du descendant de Moh et propriétaire de la boutique Pradit Wuthichan.
Les 12 chambres de l’hôtel décoré avec goût sont au prix de 2 400 bahts (71 $) la nuit, tandis que les frais d’entrée pour le musée sont de 100 bahts pour les Thaïlandais et de 200 bahts pour les étrangers. « Dans la vieille ville, nous sommes la seule maison qui a été transformée en un hôtel de charme avec un musée, ou plutôt un musée avec un hôtel » explique Nawaporn.

Avec la popularité croissante de la vieille ville en tant qu’attraction touristique, de nombreux anciens magasins ont été loués à de nouveaux arrivants. « Je dirais que moins de 50 % des magasins sont désormais gérés par des locaux », déclare Supat Promchan, fondateur du China Inn Garden Restaurant, l’un des premiers magasins rénovés, qui a ouvert ses portes sur Thalang Road en 2004. Le dimanche Thalang Road est fermée à la circulation et devient une « rue piétonne », regorgeant de spécialités culinaires locales, d’artisanat et de spectacles.

A l’origine, la ville de Phuket était un endroit sauvage, selon Mackay. « La Penang Gazette a qualifié la ville de Phuket au cours des dernières années du XIXe siècle de « endroit le plus pourri et le plus malsain … une collection de huttes et de taudis chinois » note son livre.
Le jeu, l’opium et la prostitution étaient endémiques. Soi Romanee, aujourd’hui l’une des ruelles les plus colorées de la vieille ville, était autrefois surtout connue pour ses maisons closes et ses fumeries d’opium.

Phuket commença à s’embellir au début du 20e siècle sous la supervision de Khaw Sim Bee, gouverneur entre 1902 et 1913, lorsque l’île connut un boom économique alimenté par la flambée des prix de l’étain. Le gouverneur encouragea les hommes d’affaires locaux à investir dans les magasins plus importants le long de Thalang Road et d’autres rues commerçantes, pour débarrasser la ville de sa réputation miteuse.

Il construisit également la maison du gouverneur de l’île, améliora les services publics et l’assainissement, et invita la Standard Chartered Bank du Royaume-Uni à ouvrir une succursale à Phuket en 1907 qui est toujours là.
Plus important encore, il garda Phuket indépendant des Britanniques qui avaient déjà repris Penang et une grande partie de ce qui est maintenant la Malaisie péninsulaire et avaient des vues impérialistes sur Phuket, riche en étain.

«Khaw Sim Bee a réussi à tromper les Britanniques en « civilisant » lui-même Phuket, refusant aux Britanniques une excuse pour la coloniser », note Mackay.

Traduction française de l’article de Peter Janssen

Retour haut de page