Règlementation sanitaire - Protection contre le SIDA en Thaïlande

Aucune vaccination n’est obligatoire (vaccination antipolio et antitétanos vivement conseillée), sauf pour les visiteurs en provenance de zones infectées.
La vaccination contre la fièvre jaune est demandée aux visiteurs arrivant des pays suivants : Angola, Bolivie, Brésil, Burkina Faso, Colombie, Gambie, Ghana, Guinée, Mauritanie, Mali, Nigéria, Soudan,Congo Démocratique.
Il est recommandé de vérifier avant le départ s’il existe de nouvelles dispositions concernant les formalités sanitaires.
Risque de paludisme (zones de résistance à la Nivaquine).

Avant le départ : Consultez votre médecin (éventuellement votre dentiste) et souscrivez à une compagnie d’assistance couvrant les frais médicaux et de rapatriement sanitaire.

Entrée en Thaïlande avec des médicaments personnels : L’attention des voyageurs est appelée sur la réglementation thaïlandaise qui soumet l’importation de médicaments à des règles de déclaration, voire d’autorisation préalable.
Ainsi, les personnes qui justifient d’un traitement médical en cours doivent s’assurer auprès de l’ambassade de Thaïlande que les médicaments emportés sont autorisés. Des règles, en effet, s’appliquent selon la nature des médicaments et la quantité admissible.
Pour certains médicaments, et pour une prescription de courte durée, l’ambassade de Thaïlande recommandera de justifier d’une prescription rédigée en anglais et de déclarer spontanément les produits lors du passage en douane. Pour d’autres, l’importation peut être interdite ou limitée.
Les manquements aux règles pourraient conduire à différentes mesures allant de la simple confiscation des médicaments jusqu’à, dans certains cas, des peines d’emprisonnement.

Il est donc vivement conseillé, avant d’engager un voyage sous traitement médical, de se renseigner auprès de l’Ambassade de Thaïlande à Paris.

Vaccinations : La mise à jour de la vaccination diphtérie-tétanos-poliomyélite est conseillée.
Autres vaccinations conseillées (selon conditions d’hygiène et durée du séjour) : fièvre typhoïde, hépatites virales A et B.
Autres vaccinations : en cas de séjour en zone rurale, la vaccination contre l’encéphalite japonaise peut être nécessaire.

La rage est endémique dans toute l’Asie du Sud-est. La plus grande prudence vis-à-vis des animaux errants est recommandée sur l’ensemble du territoire, villes incluses. La prévention repose, d’abord et avant tout sur l’absence de contact avec des animaux suspects, ensuite sur la vaccination préventive en cas de risque supposé d’exposition (professions à risques, enfants en bas âge, séjour en milieu rural ou éloigné des villes principales). Des cas de rage ont été rapportés en juin 2010 notamment à Bangkok et dans la province de Kanchanaburi.

Dans tous les cas demandez conseil à votre médecin ou à un centre de vaccinations internationales.

Hygiène alimentaire, hygiène de l’eau : Il est recommandé de se laver fréquemment les mains, de ne boire que de l’eau conditionnée en bouteilles capsulées, de ne manger dans la rue que les plats suffisamment cuits. La plus grande prudence est à observer avec la consommation de produits locaux sur les marchés. Eviter la consommation de poisson de viande et de volailles crus.
Penser à adapter votre consommation d’eau à la chaleur et aux activités pratiquées.
L’alimentation est variée, les conditions d’hygiène des restaurants sont globalement satisfaisantes bien qu’il n’existe pas de contrôle sanitaire systématiques. Depuis le début 2011 le nombre de touristes admis en service de soins intensifs pour intoxication alimentaire est en recrudescence.
L’alimentation spécifique des nourrissons se trouve facilement dans les villes.

Choléra : Plusieurs cas de choléra ont été enregistrés depuis le début de l’année 2010. Il est recommandé de veiller à la qualité des aliments et à leur bonne cuisson, d’éviter la consommation de crudités, de coquillages et de tous fruits ou légumes non pelés ou non lavés. Il est également conseillé de préférer l’eau en bouteille plutôt que l’eau du robinet et de se laver régulièrement les mains.

Les maladies à transmission vectorielle

Paludisme (malaria): maladie parasitaire transmise par les piqûres de moustiques qui impose le recours à des mesures de protection individuelle (sprays, crèmes, diffuseurs électriques, moustiquaires…) A ces mesures, doit s’ajouter un traitement médicamenteux adapté à chaque individu : il convient de s’adresser à votre médecin habituel ou à un centre de conseils aux voyageurs. Le traitement devra être poursuivi après le retour en France durant une durée variable selon le produit utilisé. Les frontières avec le Cambodge, le Laos, le Myanmar et la Malaisie sont classées en zone 3. Dans le reste du pays : pas de chimioprophylaxie.
Dengue : la dengue est une maladie endémique en Thaïlande. Une épidémie de dengue sévit actuellement dans tout le pays, plus particulièrement dans le nord et le centre. La maladie est propagée par un moustique, actif de jour, il convient donc de respecter les mesures habituelles de protection (vêtements longs, produits anti-moustiques à utiliser sur la peau et sur les vêtements, diffuseurs électriques). La dengue pouvant prendre une forme potentiellement grave il est vivement recommandé de consulter un médecin en cas de fièvre (la prise d’aspirine est déconseillée).
Encéphalite japonaise : Cette maladie, qui n’existe qu’en Asie, se transmet par des moustiques, en zone rurale. Des cas humains ont été recensés dans les provinces du Nord du Vietnam. Ces cas peuvent être mortels ou engendrer des séquelles neurologiques graves. De ce fait, la vaccination contre l’encéphalite japonaise peut être nécessaire (à pratiquer dans un centre médical sur place). Dans le cadre d’un voyage touristique, il semble que les mesures physiques (vêtements longs, répulsifs…) soient une arme efficace.
Les Rickettsioses : maladies infectieuses bactériennes, potentiellement mortelles, transmises par les tiques, les puces, les poux ou acariens. Elle peut évoquer devant un syndrome infectieux associé à des manifestations cutanées. Le traitement repose sur la prise d’antibiotique. La prévention repose sur le port de vêtements longs et de répulsifs.
L’examen de la peau après passage dans une zone potentiellement infestée (brousse , champ forêt) est conseillé.
Grippe : On relève une recrudescence des cas d’infection par les virus grippaux dans leur ensemble.

GRIPPE A H1N1 : De nombreux cas de grippe A (type H1N1) sont rapportés en Thaïlande. Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le site Internet de l’ambassade de France en Thaïlande (cliquez ici), ou en appelant le centre d’appel thaïlandais au 02 590 1781.
GRIPPE AVIAIRE : La grippe aviaire est présente de façon diffuse en Thaïlande depuis la fin de l’année 2003, avec des périodes d’apparente accalmie et de reprise. Il s’agit d’une maladie virale animale (volailles) exceptionnellement transmissible à l’homme. Veillez à éviter la consommation de produits alimentaires crus ou peu cuits, en particulier les viandes et les œufs.
Lavez-vous régulièrement les mains à l’eau et au savon ou avec un soluté hydro-alcoolique. En cas de fièvre sur place ou après le retour en France, il est conseillé de consulter un médecin.
Infection par le virus HIV : Il est recommandé de prendre toutes les précautions d’usage en la matière et d’éviter les comportements à risque.

Hôpitaux à contacter en cas d’urgence :

Bumrungrad Hospital : 02.667.29.29
Samitivej Hospital : 02.392.00.11
Saint Louis Hospital : 02.675.50.00
Source : Ministère Français des Affaires Etrangères

Retour haut de page